Numéro 6 – Mai 2009 

KAbAret 

Chères toutes, chers tous, 

Il m’aura fallu presque 5 ans pour trouver les bonnes personnes, les belles notes, les 
mots justes. 

5  ans  pour  créer,  arranger,  peaufiner  et  finalement  vous  présenter  ce  nouvel  album 
« Kabaret » et le spectacle qui l’accompagne. 

Un album que j’ai voulu comme un tour d’horizon du cabaret des années 30. Ici c’est 
une halte à Buenos Aires et son Tango remis au goût du jour par Brifo repéré dans la 
Yellow et le Gotan Project… Ici c’est Paris et son swing manouche éclairé, joué là par 
les Caravan Palace… Là, c’est Michel Cusson le génial jazzman d’Uzeb qui nous fait 
visiter Berlin et ses caves enfumées… Mon complice de toujours, Frederic Helbert a 
lui aussi apporté sa culture, son talent à ce beau projet. 

J’ai  voulu  un  album  savoureux,  chaleureux  mais  aussi  hommage  aux  héroïnes  que 
j’aime tant  : Suzy Solidor, Martha Graham, Greta Garbo… 

Voici  « Kabaret »,  mon  dernier  album  que  je  vous  laisse  découvrir  et  que  j'espère, 
vous aimerez comme j’ai tant aimé le faire pour vous. 

A très bientôt,  

Patricia 

L’Univers Kaas Magazine – page 3 

L’Univers Kaas Magazine – page 4 

 

Sommaire 

- Affiche Kabaret   

 

 

 

Page 2 

- Le message de Patricia  

 

 

Page 3 

- Bienvenue dans le Kabaret de Patricia 

Page 6 

- L’album de Patricia Kaas 

 

 

Page 7 

- Addicte aux héroïnes   

 

 

Page 8 

- La chance jamais ne dure 

 

 

Page 9 

- Le jour se lève 

 

 

 

 

Page 10 

- Une dernière fois  

 

 

 

Page 11 

- Kabaret 

 

 

 

 

 

Page 12 

- Faites entrer les clowns 

 

 

Page 13 

- Falling in love again 

 

 

 

Page 14 

- Pigalle 

 

 

 

 

 

Page 15 

- Solo  

 

 

 

 

 

Page 16 

- Je t’aime encore   

 

 

 

Page 17 

- Et s’il fallait le faire 

 

 

 

Page 18 

- Mon piano rouge  

 

 

 

Page 19 

- Kabaret en studio et sur scène 

 

Page 20 

- Le spectacle inédit de Patricia Kaas  

Page 23 

- L’univers de Patricia Kaas enfin révélé !  Page 24 
- Eurovision : une chance pour la France 

Page 31 

- Patricia une égérie en or ! 

 

 

Page 38 

- PUB DVD Kabaret 

 

 

 

Page 41 

Numéro 6 – Mai 2009 

L’Univers Kaas Magazine – page 5 

Magazine gratuit et téléchargeable 

http://pagesperso-orange.fr/universkaas 

 

Conception et réalisation Romaliveri 

 

Photos : Antonin Bonnet, Vladimir Konnov, Fabrice 

Laffont, Gilles-Marie Zimmermann, Solve Sundsbo 

 

Merci à Cyril Prieur, Talent Sorcier, ITC 

Merci à Patricia 

L’UNIVERS KAAS 

1999 – 2009 

10 ans de passion 

WILLKOMMEN, BIENVENUE 

DANS LE 

KABARET

 DE PATRICIA KAAS 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Willkommen, bienvenue 
Dans un monde décadent 
Tout un jeu de séduction 
De sourires, de passions 
Des histoires peu banales 
Qui mettent les hommes à genoux 
Enjôleuse et fatale 
Ma vie se joue dans mon Kabaret
 

Ces  quelques  phrases  extraites  de  la  chanson  Kabaret  de  l’album  du  même  nom  de  Patricia  Kaas  résument 
parfaitement l’intention de la chanteuse et la couleur années 1930 qu’elle a voulu donner à ce concept musical qui ne 
prend tout son sens qu’avec sa projection et sa mise en images sur la scène. L’idée de cet album, cela faisait trente 
ans  qu’elle  la  portait  confusément  en  elle.  Seulement,  pour  la  matérialiser,  il  fallait  qu’elle  soit  interprétée  par  une 
femme, une femme avec un vécu, une femme avec ses forces et ses faiblesses, avec ses craintes et ses désirs, avec 
ses douleurs et avec ses plaisirs… 
 
Une vraie femme quoi ! Mi-poupée, mi-fatale, facile ou inaccessible, brutale ou caressante… Hétaïre, garçonne, muse, 
goualeuse  ou  coryphée…  Mais  toujours  sensuelle,  languissante  et  voluptueuse  ;  tout  en  ayant  en  permanence  à 
l’esprit  que  dans  «  voluptueuse  »,  il  y  a  «  tueuse  ».  C’est  ça  une  femme fatale,  fleur  enivrante  et  vénéneuse  qui  ne 
s’épanouit que dans l’atmosphère joyeuse ou pervertie des cabarets… Et c’est dans cet univers-là que Patricia 
Kaas nous entraîne sur disque et sur scène, habitant tour à tour chacun de ces personnages. LA Kaas, avec un « K », 
c’est un cas ! 
 
Flashback  :  1978.  Une  fillette  de  11  ans  se  hisse  sur  la  petite  scène  du  Rumpelkammer  Club,  un  cabaret  de 
Sarrebruck, une grosse ville industrielle allemande de l’autre côté de la frontière. Pendant sept ans, tous les samedis 
soir,  la  gamine,  accompagnée  de  sa  maman,  parcoure  les  quelques  kilomètres  qui  séparent  sa  ville  natale,  Stiring-
Wendel,  de  Sarrebruck.  Avec  sa  silhouette  gracile,  sa  blondeur  fragile  et  ses  grands  yeux  clairs,  la  chanteuse  en 
herbe sidère son auditoire et suscite un véritable engouement avec son timbre étonnement grave. Mine de rien, à 11 
ans, elle comptait déjà trois ans de « carrière » ! Patricia Kaas possède déjà un répertoire extrêmement varié, passant 
avec une aisance déconcertante de Claude François, Dalida, Sylvie Vartan à Liza Minnelli, Louis Prima (Just A Gigolo
ou Marlene Dietrich… 
 
L’ambiance  si  particulière  du  cabaret  s’est  insidieusement  instillée  dans  ses  veines,  s’y  est  nichée  et  l’a  irriguée, 
attendant sereinement que son heure soit venue pour, à son tour, « entrer dans la lumière ». 
 
Aujourd’hui,  pratiquement  vingt  ans  après  ses  débuts,  Patricia  Kaas  nous  ouvre  les  portes  de  son  Kabaret.  Il  faut 
insister sur le possessif car sur la jaquette du CD, au-dessus du titre, on peut lire « L’album de Patricia Kaas ». C’est 
vrai, c’est son bébé : « On dit toujours que le dernier album est le plus personnel. C’est encore plus le cas pour celui-
ci. D’abord, parce qu’avec Une dernière fois, ce disque contient la première chanson que j’ai coécrite. En  dehors de 
ça, pour chacun de mes albums, j’ai toujours eu mes managers et amis, Cyril Prieur et Richard Walter, à mes côtés. 
Cette  fois,  je  leur  ai  déclaré  :  “Laissez-moi  faire.  Je  veux  choisir  mes  chansons  et  les  gens  à  qui  je  vais  confier  les 
arrangements.  Je  travaillerai  avec  eux  et  je  vous  ferai  écouter  quand  ce  sera  fini.”  C’est  la  grande  différence  par 
rapport au passé. Est-ce que cette prise de position est due à mes vingt ans de carrière ou à mes 40 ans ? Je n’en 
sais rien… Ce dont je suis sûre en revanche, c’est que quand j’écoute mon album, la seule chose que j’en retire, c’est 
que je ne suis jamais en représentation. Je n’en rajoute jamais sur l’émotion. Et le mot que j’ai le plus entendu pour 
définir cet album et son spectacle, c’est “élégance”. Il n’y a rien qui puisse me faire plus plaisir… » 
 

L’Univers Kaas Magazine – page 6 

 

KABARET 

L’ALBUM DE PATRICIA KAAS 

 
 
 

Patricia  Kaas  est  l’unique  artiste  française  contemporaine  ayant  vendu  15 
millions d’albums dans le Monde. 

 

Patricia  s’est  investie  totalement  dans  ce  projet  ambitieux  :  12  très  belles 
chansons, imaginées comme un voyage entre Berlin, Paris et Buenos Aires. 

 

Par  cela  cet  album  n’est  pas  un  album  de  plus  mais  l’Univers  de  Patricia 
Kaas enfin révélé à son public ! 

 

Son Kabaret. Un Kabaret qui reprend Kurt Weil avec les accents electro du 
Caravan Palace. Une ambiance résolument féminine, léchée, co-produite 
par Brifo de la Yellow, un Brifo qui apporta l’électro au tango du Gotan. 
 
Fred  Helbert,  le  complice  de  toujours  a  signé  deux  des  pépites  de  ce 
Kabaret : Le Jour se Lève et S'il Fallait le faire. 

 

Cet album est un hommage de Patricia Kaas aux années 30, aux héroïnes 
magnifiques,  une  ode  à  Garbo,  Suzy  Solidor,  Martha  Graham  et  bien 
d’autres. 

 

Il  fallait  une  imagerie  parfaite  à  tant  d’émotions,  des  visuels  aussi 
contemporains  qu’élégants…  Solve  Sundsbo  accepta  de  faire  partie  de 
l’aventure ! Il est le photographe incontournable de la beauté, de la mode et 
de la publicité. Un homme discret dont l’influence sur l’image dans le Monde 
n’est plus à contester. 

 

Pour enrober le tout il ne manquait qu’un grand directeur artistique, ce fut 
Eric Biard, l’homme aux 200 campagnes publicitaires pour Rolex, Cartier, 
Cacharel, Anti-Flirt, ING et bien d’autres. Il est à l’origine de ces visuels 
modernes et efficaces, c’est lui qui mis en page et en typographie ce nouvel 
opus de PatriciaKaas. Cet hommage aux années 30.

 

 

L’Univers Kaas Magazine – page 7 

 

addicte aux 

heroineS

 

 

Mon opium... Mes héroïnes... 
  
... J'avoue je suis accro à la libre Coco, aux paradis sensuels 
de Gabrielle Chanel, 
  
J"aime à m'envoyer en l'air, à bord de l'Electra d'Amella. 
  
Oui j'aime à me perdre, me noyer dans le fleuve de  sexe, la 
crue des mots d'Anaïs Nim : écrivain de l'intime et libertine. 
  
Sur mes écrans, Garbo envoûtante divine défiant le temps. 
J'adore  Marlène  :  éblouissante  guerrière...  mon  fétiche  en 
guêpière... 
  
Oui je l'avoue ces héroïnes sont mon opium, mes femmes en 
majuscules ! 
Je succombe aux coups de pinceau... érotique avant-garde... 
de Tamara de Lempicka 
  
J'aime à m'injecter le sensuel poison de Suzy Solidor. 
  
Alors je danse, je m'étourdis, je mets mes pas dans ceux de 
Maritha Graham, chorégraphe du désir... 
  
Ces héroïnes sont mon opium. 
Vous  mes  envolées,  disparues,  recluses  avenue  Montaigne 
et  délaissées,  vous  mes  héroïnes  aux  vies  consumées, 
dévorées de passion... Je vous révèle mon addiction... 
  
A vous

 

 

(TANGUY DAIRAINE / BRIFO) 

 
 

«  CETTE  CHANSON  A  ÉTÉ  VRAIMENT  ÉCRITE 
POUR CET ALBUM. On l’a voulue et on l’a conçue 
comme  un  générique  de  début  pour  installer  tout 
de suite l’ambiance. On y parle de ces femmes qui 
sont  en  même  temps  fatales  et  arrogantes.  Parce 
que  dans  les  années  1930,  l’arrogance  était  pour 
elles  une  posture  pour  se  faire  respecter  et  aussi 
pour montrer leur force. Si cette chanson avait été 
placée au milieu de l’album, on ne l’écouterait sans 
doute pas de la même façon. C’est sa couleur qui 
détermine  la  suite…  J’ai  beaucoup  parlé  avec 
Tanguy  Dairaine,  son  auteur.  Mais  je  lui  ai  laissé 
aussi  sa  part  de  poésie,  sa  part  de  fantasme.  Il 
fallait amener des mots qui étaient assez crus, plus 
osés  qu’à  l’époque.  Nous  avons  tenté  de  restituer 
le  langage  de  cette  période.  C’était  d’ailleurs 
amusant  car  Tanguy  m’avait  dressé  une  liste  des 
mots que l’on utilisait alors. Il y a des choses que je 
ne connaissais pas forcément. Mais quand on voit 
ce qu’écrivait Anaïs Nin ! Pour moi, il n’était même 
pas envisageable de parler comme elle il y a vingt 
ans…  Et  au  niveau  de  l’interprétation,  c’était  un 
exercice nouveau pour moi que de parler. » 

L’Univers Kaas Magazine – page 8 

la chance jamaiS ne dure

 

 

La chance jamais ne dure  
La vie n'est qu'une attente 
La chance est une croqueuse,  
volage, indifférente. 
  
Elle court plus vite que le vent, 
A bout de souffle et hors du temps 
Prudente, elle se faufile,  
Ne reste qu'un instant 
  
Regarde toi et demande : 
 Mais où est passée ma vie ? 
  
Un œil dans la glace,  
Tu sembles nerveuse 
Tu sors de chez lui,  
Soudain frileuse 
Ton corps n'est plus  
Qu'un poids inutile 
Tu es toi-même, mais tu vis en exil... 
  
La chance jamais ne dure  
La vie n'est qu'une attente 
La chance est une croqueuse,  
Volage, indifférente. 
  
Un jour tu crois qu'elle t'a trouvée,  
Ta solitude c'est du passé 
Tu déploies tes ailes,  
Mais ne l'oublie pas…  
  
La chance jamais ne dure  
La vie n'est qu'une attente 
 

(HILDEGARD KNEF - STÉPHANE LAPORTE / 
HERMANN THIEME) 

 

« C’EST LA PREMIÈRE CHANSON QUE J’AI CHOISIE. Elle a été créée par Hildegard Knef, une 
actrice et chanteuse allemande moins mythique que Marlene Dietrich, mais aussi très connue à 
l’époque.  Elle  avait  un  visage  un  peu  anguleux,  un  peu  masculin,  un  peu  à  la  manière  d’une 
Barbara… La chance jamais ne dure est donc une adaptation et on ne pouvait pas trop s’éloigner 
du  sens originel.  Il  y  a  un  côté  souriant  dans  l’interprétation.  Quand  on  rencontre  quelqu’un,  au 
début, il y a toujours de la joie et du plaisir. Et puis, au bout d’un moment le train-train s’installe, 
on  commence  à  se  poser  des  questions…  Mais  j’ai  voulu  exprimer  cette  constatation  avec  le 
sourire.  C’est  une  chanson  phare  de  l’album  car  elle  lui  a  donné  sa  direction.  Je  me  suis 
également sentie très à l’aise parce qu’elle a une identité allemande très forte. Quand on écoute 
la  version  originale,  il  y  a  une  expression  un  peu  emphatique,  une  utilisation  du  parlé-chanté 
propre  aux  chansons  des  cabarets.  Je  me  suis  inspirée  des  attitudes  des  vieux  films,  où  la 
chanteuse posait avec la main sur la hanche… » 

 

L’Univers Kaas Magazine – page 9 

Le jour Se leve

 

 

Le jour se lève  
Sur ma peine  
Alors le monde entier  
faiS l'amour  
  
Il est bientôt 5 heures 
Le matin va venir  
Vous avez tous le cœur  
A aimer ou dormir  
Et moi, je reste seule  
  
Le jour se lève 
Sur ma peine  
Alors le monde entier  
Fais l'amour  
Mais ça n'a pas d'importance 
Car c'est pour toi, pour toi  
Que je danse  
  
Il est bientôt 5 heures,  
Le soleil va briller  
Sur la mer et les fleurs  
Et sur l'éternité  
Et moi je reste seule  
  

Le jour se lève  
Sur ma peine  
Alors le monde entier  
Fais l'amour  
Mais ça n'a pas 
d'importance  
Car c'est pour toi, pour toi  
Que je danse  
  
Il est bientôt 5 heures, 
Le matin va venir  
Il est bientôt 5 heures 
Vous allez tous partir  
Et moi, je reste seule  
  
Le jour se lève  
sur ma peine  
Alors le monde entier  
Fais l'amour  
  
Le jour se lève  
Sur ma peine  
Alors le monde entier  
Fais l'amour  
  
Il est bientôt 5 heures, 
Le matin va venir  
Et moi, je reste seule

 

 

(FRANÇOIS BERNHEIM / 
JACQUELINE NERO)

 

 

«  C’EST  UNE  CHANSON  QUE  J’AI  TOUJOURS  BIEN  AIMÉE.  Elle  a  été  créée  en  1971  par 
Esther Galil. Au départ c’est une chanson plus gospel, qui n’avait rien à voir avec cet album. Je 
lui  ai  donné  un  côté  un  peu  posé,  un  peu  “lounge”.  C’était  un  parti  pris.  Il  y  a  des  gens  qui 
redécouvrent  cette  chanson,  d’autres  qui  ne  la  connaissaient  pas.  Au  début,  je  ne  savais 
même pas que c’était François Bernheim, à qui je dois entre autres Mon mec à moi et La nuit 
est  mauve,  qui  l’avait  écrite.  Ce  n’est  que  quand  je  lui  ai  annoncé  tout  à  fait  par  hasard  que 
j’allais  faire  une  reprise  du  Jour  se  lève,  qu’il  m’a  appris  qu’il  en  était  l’auteur.  Je  ne  pouvais 
pas le deviner car, à l’époque, il écrivait sous un pseudonyme. Là, on a remis son nom ! » 

L’Univers Kaas Magazine – page 10